Je suis une maman qui a choisi d'allaiter. Pourquoi? Bonne question... C'est pas simple de savoir, au départ, ce qui nous donne l'envie d'expérimenter l'allaitement. Tout comme il est compliqué de savoir exactement pourquoi on a voulu un enfant. Restreindre cela à une liste d'arguments rationnels et pragmatiques s'avèrerait bien triste.

Résultat de recherche d'images pour "allaitement"

Quoiqu'il en soit: allaiter ou pas, c'est un choix, un désir, une expérience qui est sans nul doute en lien avec un très grand nombre de facteurs. Nous ne sommes pas que des fonctions: nous sommes des êtres pensants, et nous devons être respectés, quel que soit notre choix.

Lorsqu'on veut se documenter ou papoter allaitement sur internet, on se rend bien vite à l'évidence: il y a deux clans. Celui des ayatollahs de la tétée, qui ne vivent que par et pour l'allaitement, qui clament partout que donner du lait en poudre à son bébé c'est l'empoisonner. Et celui des biberonnantes acharnées, qui prennent les allaitantes pour des arriérées impudiques, soumises à leur enfant, anti-féministes et conservatrices. 

De toute évidence, je ne suis d'aucun de ces clans.

 

Je trouve triste, dommageable et consternant que l'on ne puisse décidément pas aborder ce sujet sans faire de vague. Qu'on ne puisse pas trouver de la documentation qui ne soit pas culpabilisante ou stigmatisante. A croire que l'allaitement est finalement un énorme tabou, un sujet méga sensible qu'il est dangereux d'aborder! Mais zut quoi! 

Ainsi, m'appuyant sur mes recherches et mon expérience personnelle (grande louloute allaitée 20 mois, petite louloute allaitement en cours...) je vous fais part ici de mon opinion concernant le choix d'allaiter ou non, et les idées recues que l'on peut voir un peu partout.

 

5 idées reçues balancées par les pro-allaitement 

 

* Allaiter, c'est un geste naturel

Sous-entendue l'idée qu'allaiter c'est "facile", on nous explique que bébé rampe pour trouver le sein, que c'est de l'ordre de l'instinct. En clair, ce serait "contre-instinctif" de ne pas allaiter. FAUX. Des études ont montré que si l'on isolait des guenons de leur groupe de pairs, celles-ci, après avoir donné naissance à leurs petits, étaient incapables d'allaiter. Cela montrerait alors qu'allaiter, ça s'apprend, c'est culturel, et non inné comme certaines le prétendent. Déjà, si l'on fait partie d'une culture où l'allaitement tient une place importante, on est davantage prédisposée à choisir, naturellement, ce mode d'alimentation pour notre bébé. Bah oui, nos représentations, nos préjugés, tout ça c'est transmis par notre entourage, par la société dans laquelle nous vivons. Ensuite, si dans notre propre famille les femmes ont toutes allaité, ce sera d'autant plus "évident" et "facile" car on aura déjà visualisé le geste, les postures, et surtout on aura quelqu'un vers qui se tourner pour avoir de l'information. 

Donc oui, la nature nous a donné deux seins pour pouvoir allaiter, mais allaiter requiert un savoir-faire et un savoir qui se transmet. On ne nait pas en sachant allaiter. 

 

* Allaiter aide à maigrir

Absolument pas! Si certaines femmes peuvent se réjouir de voir leur ligne revenir grâce à l'allaitement (comment être sûre d'ailleurs que c'est bien ce dernier qui est responsable?) bien d'autres constatent que leur perte de poids est "bloquée" durant l'allaitement, souvent en lien avec un retour de couches tardif. A celles qui prétendent qu'allaiter brûle des calories (certes) on peut répondre que le métabolisme durant cette période n'est pas le même et que le corps stocke des graisses afin d'assurer le bon fonctionnement de la machine. Bref, comme d'hab, nous ne sommes pas égales. Pour ma part: j'ai perdu mes kilos après le sevrage total de grande louloute (à 20 mois!) et actuellement, j'allaite petite louloute et mes kilos sont encore bien là... Pourtant avec tout ce qu'elle tète je devrais être maigre!!! 

 

* L'allaitement rend les enfants plus intelligents.

C'est aussi idiot que dire que manger du chocolat rend bête. L'intelligence, pour peu que l'on parvienne à définir réellement ce que c'est, est liée à de très multiples facteurs: la qualité de l'alimentations certes, mais aussi de l'air que nous respirons, la qualité du sommeil, des interactions dans la famille, le bain culturel dans lequel nous grandissons... Il faut analyser les choses de façon globale et non parcellée. C'est ainsi qu'on en vient à des discours extrémistes et dangereux.

 

* Allaiter c'est beau, merveilleux.

Comme si NORMALEMENT on devait trouver ça génial, et si c'est pas le cas, ben c'est qu'on a un gros pet au casque. Ben non. Oui on peut adorer allaiter (c'est mon cas), mais on peut aussi ne pas aimer ça. Comme on peut aimer faire des bisous dans le cou de son bébé plutôt que sur sa joue, sans que cela signifie qu'on l'aime plus ou moins. Cela dépend aussi beaucoup du rapport que l'on a avec notre propre corps, de notre histoire, notre confiance en nous. Parfois, les débuts difficiles d'un allaitement, les discours culpabilisants ou la pression d'autrui peuvent laisser un souvenir traumatisant de l'allaitement. Ce n'est pas QUE du bonheur. 

Quant à la beauté du geste... c'est vrai que c'est beau un bébé au sein, qui fixe sa maman avec amour. Ajoutons le tire lait bruyant, le lait qui goutte et tâche le pull, le soutien-gorge mémère qui est bien pratique... c'est tout de suite moins glam! Tout cela pour conclure: l'allaitement c'est comme tout dans la vie, y'a du beau et du moins beau. Rien n'est idyllique. 

 

* Allaiter est ce qu'il y a de mieux pour un enfant.

NON. Ce qu'il y a de mieux pour un enfant, c'est ce que choisissent ses parents. Ce qu'il y a de mieux, c'est une maman satisfaite, confiante, reposée, en accord avec ses principes. Une maman bienveillante et répondant à ses besoins. Et tout ça, ce n'est absolument pas réservé aux bébé allaités. Comme je le disais plus haut, nous ne sommes pas que des fonctions. la maternité ne se résume pas au mode d'alimentation, et bien heureusement, quand on sait que cette période d'allaitement ne dure que quelques mois ou années dans toute une vie... Allaiter est une pratique, comme toute pratique on peut y adhérer ou non, s'en épanouir ou non. Ne limitons pas nos enfants au rôle de simples têteurs goulus ayant besoin de lait maternel. Si le lait de mère est certes parfaitement adapté aux besoins nutritionnels de l'enfant, il ne fait pas tout. Ce serait trop fastoche sinon!

 

5 idées reçues balancées par les anti-allaitement.

 

* Les bébés allaités ne font pas leurs nuits.

FAUX. Ce n'est (malheureusement) pas mon cas, mais bien des mères s'émerveillent de voir leur bébé allaiter faire très tôt ses nuits. Tout comme des bébés au biberon mettrons bcp de temps avant d'avoir de bonnes plages de sommeil... Chaque enfant est différent. On croit toujours, et à tort, qu'un bébé qui pleure ou qui dort mal a faim. Bon dieu, quand vous n'êtes pas bien c'est forcément que vous avez les crocs? Pour ma part, non. Bien d'autres pistes peuvent être à explorer: le stress, trop chaud, trop froid, besoin de contact, d'être rassuré... De toute façon dès qu'un truc ne va pas, c'est forcéement la faute à l'allaitement. Comme ça, c'est clair, c'est plus simple! 

 

* Allaiter, ça fait des enfants pot-de-colle et capricieux

Grande louloute a été confiée à une nounou à l'âge de 11 semaines. Elle n'a eu aucun souci d'adaptation. Petite louloute, à l'âge de 15 semaines: nickel aussi. Mes filles vont avec bonheur dans les bras d'autrui, ne sont pas sauvages et sont très sociables. Pas le genre à se planquer dans la jupe de môman! Pourtant, elle ont été allaitées toutes les deux, cododotées... Donc???

Quant aux caprices, je ne vois pas le lien avec la façon de nourrir bébé. Encore faut-il savoir définir ce qu'est un "caprice"... 

 

* Les femmes allaitantes sont soumises à l'enfant car il faut être toujours disponible

Faux. Ok, dans un premier temps, on est la seule à pouvoir faire téter ce petit. Mais avec un biberon, il faut être disponible aussi, prévoir le matériel, le lait, la stérilisation... Et se lever la nuit! On pense aux papas pour relayer mais bien souvent, passées les premières nuits, ils se lassent très vite des levers nocturnes prétextant qu'ils n'entendent pas bébé pleurer. Haha! De plus, passées les première semaines, on peut tout à fait tirer un peu de lait pour s'absenter et faire autre chose. Papa peut donner notre lait dans un bib, une pipette, une tasse... Des tas de solutions existent. Et puis c'est un fait: un bébé ça nous occupe. Ca demande du temps et de l'énergie. Si on trouve cela avilissant, il ne faut pas faire d'enfants. Un bébé a des besoins intenses, cela ne fait pas d'eux des tyrans. 

 

* Allaiter longtemps, c'est limite incestueux

Encore une fois cela est le fruit de nos représentations occidentales de citoyens de pays industrialisés. Initialemement, nous sommes prévues pour allaiter nos petits jusqu'au sevrage naturel, celui-ci pouvant avoir lieu après plusieurs mois voire plusieurs années. Je ne sais pas vous, mais moi, quand j'allaite mon enfant, je ne fais aucun lien avec l'érotisme ou la sexualité. Ca ne me fait pas du tout le même effet que lorsque mon conjoint touche ma poitrine. Ce sont là deux fonctions différentes. C'est comme assimiler un toucher vaginal à de la masturbation... Ne confondons pas tout. On allaite le temps qu'on veut, qu'on peut, et surtout, le temps que bébé le souhaite. Je ne connais personne qui a voulu téter sa mère jusqu'à l'âge de 18 ans...

 

* C'est une pratique animale 

Pas plus que de s'accoupler, de se faire féconder et d'accoucher par voie basse dans la douleur et (parfois) les cris. Bah oui, jusqu'à preuve du contraire, on reste des mammifères, et le lait ne sort pas d'un petit embout en plastique mais bel et bien des seins. On fait même pire que cela: on fait pipi et caca, comme les chiens. Quelle horreur! 

 

Mon bilan de tout ça: respectons-nous

 

Finissons cette guéguerre inutile et recentrons-nous sur le principal: nos enfants, leur bien-être et le nôtre. Le vrai féminisme, à mes yeux, c'est celui qui consiste à valoriser la liberté de choisir, de s'informer, de décider, d'assumer... Nous avons le droit d'être différentes, c'est tellement plus intéressant que d'être toutes pareilles!